Crédits


PROJET

L’exposition virtuelle « Peuples des eaux, gens des îles. L’OCÉANIE » est un projet Québec-France et vise à faire connaître l’Océanie et les peuples qui l’habitent. Dans notre section Excursion, vous trouverez une sorte de visite guidée de ce continent. Elle vous propose des résumés sur son histoire, ses cultures, l’environnement et les enjeux contemporains. Des images (objets de collections, documents d’archives, vidéos, photographies) servent de pont et relient cette Excursion à une encyclopédie culturelle de l’Océanie présentée dans la section Graphes. En cliquant sur une image, vous serez en mesure de savoir à quel(s) thème(s) des deux sections elle se rattache. La section Graphes présente une vision hypertexte et originale de certains aspects culturels d’Océanie en utilisant à titre expérimental le concept des attracteurs, tel que conçu et mis au point par l'équipe scientifique du projet ECHO, l’Encyclopédie Culturelle Hypermédia de l'Océanie.

UN COMITÉ INTERNATIONAL D'EXPERTS

La grande part des informations contenues dans ce site Internet ont fait l’objet de débats et d’échanges au sein d’un regroupement de chercheurs sur Internet, tous spécialistes de l’Océanie mais provenant de disciplines variées. Par des efforts constants, nous avons porté une attention particulière au réseau d’Océaniens et avons fortement apprécié leur collaboration. La générosité des nombreux collaborateurs a contribué à ce que nous puissions présenter à la fois des données générales sur l'Océanie et des particularismes nationaux ou ethniques.


haut de la page
ECHO

Dans le cadre L'exposition « Peuples des eaux, gens des îles. L’OCÉANIE », nous présentons donc -- à titre expérimental -- le modèle des « attracteurs » océaniens, tel que conçu par l'équipe scientifique du projet ECHO, l’Encyclopédie Culturelle Hypermédia de l’Océanie.

Le projet ECHO propose trois niveaux de lecture, du moins au plus spécialisé. En tant qu’outil pédagogique et convivial, l’ECHO conjugue les milieux universitaires et muséologiques et ceux de la pédagogie et de la création multimédia. Vous pouvez y naviguer à votre gré entre textes, illustrations, documents vidéo ou sonores, et construire, au fil de vos parcours, votre propre savoir à partir de matériaux de première main.

L’originalité de l’ECHO tient à son approche concrète. Afin d’éviter les contraintes imposées par les idéologies occidentales dans la description des sociétés humaines, l’ECHO se fonde sur des termes chargés d’un sens vital pour les Océaniens et liés à leur quotidien. Ainsi, chacune des entrées -- nœuds sur les cercles concentriques des graphes -- comporte une grande richesse sémantique qui suscite des résonances vives chez les Océaniens et reflète leurs façons de sentir, de penser et de vivre.

En vertu de cette approche qui privilégie le concret sur l'abstrait, nous utilisons le terme MAISONS plutôt que ARCHITECTURE VERNACULAIRE; ANCÊTRES plutôt que RELIGION; MONNAIE plutôt que ÉCONOMIE; plutôt que ANTHROPOLOGIE URBAINE, vous lirez WANTOK (« ONE-TALK »), c’est-à-dire ceux qui, parlant la même langue, se retrouvent dans les villes du Pacifique pour se regrouper en communautés plus ou moins stables.

Vous pourrez aussi récupérer les grandes catégories traditionnelles et familières aux Occidentaux, telles ARCHITECTURE, RELIGION, etc., chaque fois à partir des données concrètes à connotations locales, voies d’accès au vécu océanien.


Président du Comité de Pilotage de l’ECHO :
Pierre Maranda, Anthropologie, Université Laval, Québec

Comité de Pilotage de l’ECHO :
  • Andrée Gendreau, Direction du service des collections, Musée de la civilisation, Québec
  • Maurice Godelier, Anthropologie, ÉHÉSS (École des Hautes Études en Sciences Sociales), Musée du Quai Branly, Paris, et CREDO (Centre de Recherche et de Documentation sur l'Océanie), Marseille
  • Pierre-L. Jordan, Anthropologie et Hypermédia, ÉHÉSS-CREDO, Marseille
  • Christine Jourdan, Ethnolinguistique, Concordia University, Montréal
  • Sylvie Poirier, Anthropologie, Université Laval, Québec
  • Serge Tcherkézoff, Anthropologie, ÉHÉSS-CREDO, Marseille
  • Éric Waddell, Géographie, University of Sydney, Australie
    haut de la page


LE CONCEPT D'ATTRACTEUR

Créées à partir d’un modèle dérivé des neurosciences, les entrées de l’ECHO sont appelées « attracteurs » car elles « attirent » dans un « bassin d’attraction » d’autres réalités concrètes dans lesquelles elles se répercutent. Ces grappes de sens constituent des sortes de galaxies mouvantes dont la dynamique varie parmi les populations du Pacifique. L’ECHO devra éventuellement offrir la possibilité de balayer l’Océanie spatio-temporellement, représentant ces variations de configurations de sens (de bassins d’attractions) selon des paramètres choisis par l’usager.

Tous les graphes partagent une même configuration, soit l’ATTRACTEUR au centre et son BASSIN D’ATTRACTION en trois cercles concentriques sur lesquels se répartissent les autres réalités concrètes « attirées » plus ou moins directement par le centre de ces cercles. Ainsi, l’irradiation de certains attracteurs sur plusieurs vecteurs s'entrecoupant en mode hypertexte illustre bien la portée polysémique des symboles culturels.