Graphe Wantok Graphe Maison
Graphe Ancêtres
 Sanctuaires

 Morai
ombre
Morai
En Océanie, les sanctuaires, lieux tabou, renferment des objets (notamment des autels) directement liés au mana. Les prêtres en titre y accomplissent des rituels, en particulier, des sacrifices, et y entrent en contact avec les esprits et des dieux. Seuls les prêtres titulaires ont accès aux grands sanctuaires, souvent entourés de murs de pierre, et encore n'y entrent-ils que pour y remplir des fonctions précises. Il existe aussi de petits sanctuaires marqués simplement par une pierre d’une forme particulière ou d'un autre symbole associé aux esprits, dans les maisons des hommes (ou maisons des armes), dans les maisons ainsi que dans des espaces ouverts par exemple, au centre de jardins. Ces lieux de culte, mineurs, relèvent des prêtres du clan ou de la lignée (parents), qui doivent les entretenir. Ils renferment souvent des reliques (par exemple des crânes d’ancêtres décédés), des statues, des tablettes votives ou d’autres sources de mana.

Les sanctuaires ancestraux servent de points de repère et constituent des preuves de propriété du territoire environnant. Ils attestent que le clan occupe ces terres depuis plusieurs générations et authentifient en quelque sorte son titre foncier. De nos jours, certains chefs de clan ont réactivé de tels sanctuaires tombés en désuétude où ils font offrir des sacrifices afin de confirmer leurs revendications territoriales devant des cours de justice.

Parfois, la maison d’un chef puissant devient, à sa mort, un sanctuaire où on vénérera son esprit. Il peut arriver aussi qu’un homme tombe sur un objet exceptionnel, comme une pierre ou un arbre (par exemple un casuarina), et qu’il en fasse son sanctuaire personnel, dont il se constitue le prêtre exclusif. Il continuera d’offrir des sacrifices à cet objet tant et aussi longtemps qu’il en recevra du mana. La validation de ce mana par son efficacité entraînera la reconnaissance sociale de sa source. Le créateur du sanctuaire en transmettra la propriété à son fils premier-né.

Pierre Maranda, 2000

Grand prêtre entrant dans son sanctuaire
ombre
Grand prêtre entrant dans son sanctuaire