Graphe Ancêtres Graphe Wantok
Graphe Maison

Monnaies

 Marché de Malu'u
ombre
Honoraire d'un prêtre
En Océanie, on fabrique de la monnaie avec des matériaux précieux, les uns presque indestructibles ou peu s'en faut, les autres, facilement périssables. Parmi les premiers on repère des coquillages épais et de haute densité, des dents de dauphin et de chien; parmi les seconds, les plumes de certains oiseaux et des briques de sel. Les monnaies de coquillages et des plumes servent aussi de bijoux et autres parures cérémonielles.

Chacun de ces matériaux requiert une « frappe » particulière. Commençons par les monnaies de coquillages, répandues surtout en Mélanésie. On y trouve les cauris, qui ne demandent pas de façonnage particulier. Pour les autres, des plongeurs en procurent la matière première : des coquillages, les uns de plus grande valeur que les autres (on recherche surtout ceux à lèvre rouge [spondyles] dont des morceaux formeront une composante précieuse des chapelets qu'on en fabriquera). On les détaille en petits morceaux (de quelques millimètres) dont on perce le centre au moyen d'une vrille à archet ou, de nos jours, d'une perceuse électrique. Des spécialistes – souvent des femmes – exécuteront ensuite le long travail de polissage de ces pièces pour en faire de fins disques.

On aura par ailleurs confectionné de la ficelle en fibre de noix de coco qu'on aura cardée et filée par roulement sur la cuisse. Elle servira à enfiler les disques, auxquels on ajoutera parfois de petites noix très dures, pour en fabriquer des chapelets de diverses longueurs. On pourra les porter en colliers –  bijoux de tous les jours. Combinés, de tels chapelets constitueront des unités importantes, la valeur monétaire de chacun dépendant de sa longueur et du type et de la couleur des coquillages utilisés dans sa confection.

Quant aux dents de dauphin ou de chien, il faut leur faire subir un traitement spécial – une cuisson – avant de pouvoir en forer la racine pour, ensuite, les enfiler elles aussi en chapelets. Mais alors que, dans le cas de coquillages, on assemble plusieurs chapelets en écheveaux pour atteindre une valeur déterminée, dans le cas des dents, ce sera leur taille et leur nombre qui spécifient la dénomination du chapelet.

Les monnaies de plumes (qu'on trouve en Polynésie mais aussi en Mélanésie) exigent des traitements différents, ainsi que les barres de sel de Papouasie Nouvelle-Guinée. On prélèvera les premières sur des oiseaux d'espèces précieuses, les préparera selon des recettes reconnues et les coudra soit en écheveaux, soit en ornements. On les préservera soigneusement dans des réceptacles spéciaux, leur fragilité exigeant des modes de conservation que ne requièrent pas les monnaies de dents ou coquillages. Quant au sel, un long travail de confection de la matière première le transformera en briques, unités monétaires ayant cours entre divers groupes ethniques de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Toutes ces monnaies servent à des achats de biens sur les marchés, de rémunération pour services tels les honoraires de prêtres lors de sacrifices et de paiements d'ouvriers lors de la construction de maisons. Elles servent aussi de contributions à des échanges, à des compensations matrimoniales et à des réconciliations ou pour mettre fin à des vendettas.

Appartenant au domaine des échanges traditionnels et importants dans les villages, les monnaies locales cèdent le pas au « dolla » et au « seleni » (de l'anglais, shilling) dans les villes. Bien que les premières puissent à l'occasion y jouer un rôle relativement important comme dans des contextes ayant trait à la « kastom », les monnaies nationales les supplantent lorsqu'il s'agit de salaires, de ventes au détail et d'autres opérations courantes.

Pierre Maranda, 2001

Monnaies de coquillage
ombre
Monnaies de coquillage
Objet HRes [418 Ko]

Bandeau frontal
ombre
Bandeau frontal
Objet HRes [261 Ko]

Monnaies de coquillage
ombre
Monnaies de coquillage
Objet HRes [334 Ko]

Pochette
ombre
Pochette
Objet HRes [446 Ko]

Cueillette de coquillage
ombre
Cueillette de coquillage
Vidéo 0,58 min. [2,1 Mo]