Graphe Wantok Graphe Maison
Graphe Ancêtres

Maladie

En Océanie, de façon générale, les maladies sont envoyées par les fantômes et les esprits. Si une personne enfreint un tabou, profane ou abîme l’habitat ou le sanctuaire d’un ancêtre vénéré ou d'un dieu, ou si elle offense un parent défunt, l’entité en colère se vengera en la rendant malade. Des sacrifices à l’intention de l'être invisible offensé tenteront de calmer son courroux. À Vanuatu, le rêveur peut aussi apaiser cette colère. En rêve, son âme rencontrera l’entité offusquée, l’identifiera, recueillera sa version des faits et négociera avec elle une entente permettant de résoudre le conflit, d’obtenir son pardon et de redonner la santé au malade.

Pour affaiblir ou tuer un individu, on a quelquefois recours à un sorcier ou à un chaman ou à l'esprit d'un mort. Après avoir reçu une offrande, ceux-ci peuvent s’unir à d’autres sorciers et à d’autres esprits de défunts afin d’entreprendre leur mission néfaste. Des esprits malveillants de défunts habitent alors le corps du malade et visent, au terme d’un combat invisible, sa mort, qui résultera du mauvais sort. À plusieurs endroits, des méthodes traditionnelles de divination permettront de prévoir l’issue de ce combat physique et spirituel.

On reconnaît toutefois que certaines maladies plus habituelles telles que la fièvre peuvent survenir naturellement, sans le concours d’entités invisibles. Pour chaque cas, l’entourage du malade évalue la « normalité » ou l’anormalité de la maladie. Plus la personne malade est importante et occupe une position de pouvoir, plus il est probable que la cause de son affaiblissement soit d’origine surnaturelle. Le mana ou la force naturelle d’un grand chef, par exemple, lui évitera d'être affecté par de simples maux.

Avec les premiers explorateurs occidentaux, de nouvelles maladies sont apparues en Océanie, comme la grippe, la dysenterie, la tuberculose et les maladies vénériennes.

Hélène Giguère, 2000