Graphe Ancêtres Graphe Wantok
Graphe Maison

Maisons de rencontres

Une légende des îles Gilbert raconte que les premiers envahisseurs samoens ont commencé par ériger des maisons de rencontres à leur manière lorsqu’ils arrivèrent en territoire gilbertain. Ces maisons, de même que l’espace qui les entoure, seraient devenues le point central des districts et les premiers lieux publics permettant les rencontres et l’accueil des visiteurs.

En Micronésie, les maisons de construction récente adoptent le modèle des maisons allongées traditionnelles. Bien qu’elles servent plutôt aux cérémonies, aux réunions hebdomadaires et à l’hébergement des invités, les maisons de rencontres font l’objet d’autant de fierté et symbolisent autant l’identité collective que les maisons longues anciennes où plusieurs familles résidaient.

Sur l’île de Weno, la responsabilité financière pour la construction et l’entretien de ces maisons relève de la municipalité et non des contributions d’une communauté. Ce passage de l’obligation communautaire à la responsabilité civile démontre bien la transformation de l’allégeance politique et le désir d’organiser des services pour la collectivité tout entière.

De nos jours, comme les maisons modernes desservent des individus ou des familles nucléaires, on met l’accent sur le domaine privé plutôt que sur l’orientation collective (par exemple, avec les maisons allongées). Néanmoins, les maisons de rencontres et leur espace extérieur témoignent de la continuité de l’engagement des individus dans des actions et des valeurs communautaires. Le lieu central du village où est érigée cette maison, près de l’église et de l’école, devient alors symbole d’unité et de ressource communautaire.

Dans les communautés qui ne possèdent pas de hangar à pirogues, la maison de rencontres est à la fois un centre de rassemblement pour divers événements et festivités et un lieu d’hébergement des visiteurs et des pirogues. Les maisons de rencontres dans les communautés de migrants jouent les mêmes rôles que dans les communautés locales. On peut toutefois les regrouper avec un autre type de maisons collectives, c'est-à-dire les maisons de la culture.

Hélène Giguère, 2000


Maison de rencontres
ombre
Maison de rencontres