Graphe Ancêtres Graphe Wantok
Graphe Maison

Maison de culture

L’effondrement d’une culture s’accompagne bien souvent d’un rejet des objets qui contribuaient à lui donner un sens. L'étoffant par des représentations matérielles, ces artefacts l'inscrivaient en dur dans sa tradition, et on en tirait mana et fierté. Mais on garde une certaine nostalgie de ce que signifiaient ces objets dorénavant périmés, vidés de leur ancienne pertinence et de leur splendeur passée. Il arrive donc que des Océaniens, ne voulant pas voir se perdre toute trace matérielle de leur identité, récupèrent certains artefacts rituels ayant survécu à leur extirpation et les ont rassemblés dans une « maison de la culture » construite spécialement pour empêcher la disparition totale de ces reliques.

On y trouve dans ces sortes de musées ethniques des masques, tambours, bâtons de danse, statues et autres objets autrefois très importants et chargés d'un sens profond en rapport avec les dieux, les esprits et les ancêtres.

À l'occasion, ces maisons de la culture servent de lieu de rencontre et de débats lorsqu'il faut prendre des décisions importantes quant à la vie de la communauté.

Le film documentaire intitulé The Lau of Malaita (Granada Television, série Disappearing World) relate la construction d'une telle maison de culture et montre comment les derniers vestiges de la tradition lau y ont été entreposés.

Pierre Maranda, 2000

Maison de culture et statues-tambour
ombre
Maison de culture et statues-tambour