Graphe Maison Graphe Ancêtres
Graphe Wantok

Églises

Les missionnaires ont précédé les gouvernements coloniaux dans la conquête de l'Océanie mais leurs politiques ont varié selon les Églises. Les prêtres catholiques qui accompagnèrent certains des premiers explorateurs n'installèrent pas de missions sur les territoires visités. Plus tard, aux avant-postes de la colonisation, les Protestants essayèrent d'implanter leurs églises avec plus ou moins de succès. La London Missionary Society arriva à prendre pied ferme à Tahiti en 1797. Elle s'y consolida dans les années 1830 et rayonna, de là, vers Samoa et les îles Cook, et, plus tard, vers les Nouvelles-Hébrides (Vanuatu) et les îles Salomon. La Boston Mission s'établit à Hawaii en 1820 et étendit sa zone d'influence aux Marshall, aux Carolines et aux îles Gilbert. Suivit la Wesleyan Missionary Society d'abord en Nouvelle-Zélande puis à Tonga, Fidji et les Loyalty.

Après la Restauration en France, les catholiques revinrent à la tâche et voulurent évincer les protestants dans les îles. La Mission d'Océanie y réussit partiellement à Tahiti, puis à Tonga, en Nouvelle-Calédonie, aux Fidji, à Samoa et à Rotuma. Les missionnaires maristes s'installèrent aux Salomon vers 1870.

Par la suite, d'autres dénominations implantèrent des postes en Océanie, et certaines conquirent - notamment par les écoles qu'elles fondèrent et qui donnèrent lieu à la création de réseaux wanskul - d'importantes zones d'influence tant dans les villages que dans les villes. Parmi ces dénominations, retenons : les Adventistes du Septième Jour, les Bahai, le Church of God, le Church of Jesus Christ Latter-day Saints, les Témoins de Jéhova, les Pentecôtistes, l'Hindouisme et l'Islam.

Pierre Maranda, Christine Jourdan, 2001


Poste de mission
ombre
Poste de mission