Graphe Wantok Graphe Maison
Graphe Ancêtres

Cochons

 Cohon à dent recourbée
ombre
Cochon à dent recourbée
Les Océaniens ont toujours considéré la possession de cochons comme un signe de richesse. En fait, et surtout en Mélanésie, il vaut cher en termes d'échanges, en termes d'achat (par exemple, en monnaies de coquillages) et aussi en termes symboliques, ses crocs servant à la fois de bijoux et d'insigne de rang.

Animal sacrificiel par excellence, le cochon jouit d'un statut spécial. Domestiqué, intégré à la vie du village, il fait en quelque sorte partie de la famille. Les femmes allaitent les porcelets, les câlinent et les traitent comme des enfants. Les hommes s’adressent aux cochons adultes, récitent des formules quand ils les nourrissent d’herbes magiques et vont même jusqu’à conférer le statut d’esprit à un cochon particulier.

Le cochon sauvage, par ailleurs, circule librement dans la brousse et peut saccager les jardins qu'on n'aurait pas protégés par de solides clôtures. Les hommes le chassent à l’aide de filets, de massues ou de sagaies.

Lors de sacrifices, on immole des cochons aussi bien sauvages que domestiques dont on partage la chair selon un système élaboré de distribution. Avant d'entamer leur part, tous doivent attendre cependant que le prêtre ait porté à sa bouche la portion qui lui échoit. Quant aux porcelets, on les offre en holocauste surtout lors de sacrifices de propitiation et de réconciliation.

Traditionnellement, seuls les prêtres ou les chamans pouvaient sacrifier des cochons sur des autels précis, voués aux esprits du clan. Après le sacrifice d’un cochon considéré comme exceptionnel, le prêtre suspendait l'os de sa mâchoire comme une relique au-dessus d’un autel ou dans une maison des armes. Au Vanuatu et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, on prisait beaucoup certaines dents de cochon -- de grands crocs qui servent de bijoux et marquent les grade d'initiation.

Il arrivait exceptionnellement aux Lau de garder dans le quartier des hommes un cochon ayant le statut d’« esprit ». Au début des cérémonies, le prêtre le nourrissait en premier et ne pouvait ne prendre lui-même que la deuxième bouchée. On ne sacrifiait jamais ces cochons, les laissant s'éteindre de mort naturelle.

Pierre Maranda, 2000


Cochons domestiques
ombre
Cochons domestiques

Cuisson d'un cochon sacrifié
ombre
Cuisson d'un cochon sacrifié

Pendentif
ombre
Pendentif
Objet 3D [691 Ko]

Sacrifice d'un cochonet
ombre
Sacrifice d'un cochonet