Graphe Wantok Graphe Maison
Graphe Ancêtres

Bâton de danse

 Bâton de danse
ombre
Bâton de danse
Vidéo 2,56 min. [6,4 Mo]

Dans de nombreux archipels, tels que Nouvelle-Irlande et îles Salomon, on utilise pour les danses rituelles des bâtons portant des effigies d’animaux. Sculptés pour la plupart dans des morceaux de bois minces, leur épaisseur varie en moyenne entre 50 et 100 mm (d’où leur nom générique « reba », en lau, qui signifie « plat »; dans la même langue, on les appelle aussi ai ni teru, ce qui signifie « bois de danse »). Les sculpteurs représentent les mêmes effigies, ornées des mêmes motifs, sur les deux faces de ces bâtons. De cette façon, ils offrent une apparence constante au cours des rotations que leur impriment les danseurs. Ceux-ci tiennent leur bâton dans la main droite et exécutent une chorégraphie très stricte définie par le thème de la danse (par exemple, l’Esprit de l’Étoile filante, les Ondulations du Serpent-Terre-Mère, le cours sinueux d’un fleuve, ainsi de suite).

Les reba utilisés dans certaines danses portent parfois des effigies d’autres espèces animales que le calao, par exemple, d’autres oiseaux, des poissons, des langoustes et des serpents.

Pierre Maranda, 2000


Bâton de danse : langouste
ombre
Bâton de danse : langouste
Objet 3D [194 Ko]

Bâton de danse : langouste double
ombre
Bâton de danse : langouste double
Objet 3D [190 Ko]

Bâton de danse : aigle tabou
ombre
Bâton de danse : aigle tabou
Objet 2D [285 Ko]